Déclaration L’Association des anciens et des anciennes des collèges militaires royaux du Canada inc sur le rapport de l'examen externe complet indépendant (rapport Arbour) du ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces armées canadiennes (FAC)

Déclaration L’Association des anciens et des anciennes des collèges militaires royaux du Canada inc sur le rapport de l'examen externe complet indépendant (rapport Arbour) du ministère de la Défense nationale (MDN) et des Forces armées canadiennes (FAC)

Au cours des dernières semaines, depuis la publication du rapport Arbour, le conseil d’administration de L’Association des anciens et des anciennes des collèges militaires royaux du Canada a lu le rapport et nous continuons d’y réfléchir. Nous partageons une profonde inquiétude au sujet de la situation qu’il décrit. Nous reconnaissons que les lacunes systémiques et culturelles ont permis que des abus se produisent et persistent.

Pour les survivants que le système a laissés tomber, cela n’aurait pas dû se produire. Il vous a fallu du courage pour venir discuter de ce qui s’est passé. Nous nous engageons envers vous à travailler avec diligence avec les Collèges, les FAC et le MDN pour faire avancer le changement culturel et systémique afin que cela ne se reproduise plus.

Depuis la publication du rapport, nous avons entendu et lu un vaste éventail d’opinions. Il se peut que certains ancien(ne)s n’aient pas subi le traumatisme décrit dans le rapport Arbour et aient de la difficulté à le digérer. Ils peuvent demander pourquoi les incidents n’ont pas été signalés et n’ont fait l’objet d’aucune enquête, et pourquoi les mesures disciplinaires ou les réponses administratives ont été inadéquates. Les réponses sont variées et compliquées, allant de la honte, de la culpabilité et de l’embarras, aux préoccupations en matière de confidentialité, à la « crainte de ne pas être cru » et à d’autres raisons. Nous demandons à tous les anciens de prendre un moment pour réfléchir à ce qui se passerait si l’un des survivants était leur fille, leur fils, leur nièce ou leur neveu, leur petite-fille, leur petit-fils ou un ami proche.? Je me contenterai de dire qu’il y a d’importants problèmes dans le système qui doivent être réglés.

Bien que nous reconnaissions les préoccupations soulevées dans le rapport Arbour, nous continuons de croire fermement en la valeur des collèges militaires de Kingston et de Saint-Jean pour l’apprentissage de premier cycle, de cycles supérieurs et à distance. Contrairement aux universités civiles, ces collèges exigent l’acquisition des compétences éprouvées en compétences éprouvées en matière d’enseignement, de leadership, de condition physique et de bilinguisme pour obtenir leur diplôme. Ils attirent des étudiants de toutes les provinces et de tous les territoires du Canada, ce qui permet à ces jeunes d’apprendre à connaître le pays qu’ils ont juré de servir. L’Association des anciens travaillera avec diligence pour faire avancer la cause des collèges militaires au Canada et pour expliquer la valeur pour le Canada de les retenir.

Nous savons que de nombreux ancien(ne)s élèves fiers des Collèges sont affligés d’entendre les critiques de leur alma mater et tiennent à prendre sa défense. Nous demandons à tous les anciens élèves de consacrer leur énergie à trouver des moyens d’améliorer les collèges à l’avenir, plutôt que de se disputer à quel point ils étaient bons ou mauvais dans le passé. Nous avons mis sur pied un groupe d’intervention sur le rapport Arbour au sein de L’Association des anciens et des anciennes des collèges militaires royaux du Canada sous la direction de Scott Stevenson, directeur du conseil et diplômé de la classe de 1988 du Collège militaire Royal Roads. Il est joignable au rmcaa.aacmr.iecr.response@gmail.com,et il accueille votre contribution. Cette déclaration marque le début de la réponse de la L’Association des anciens et des anciennes des collèges militaires royaux du Canada. Nous en aurons plus à dire au cours des prochains mois.

Vérité Devoir Vaillance

 

Posted in